Baronnie de Tiffauges Index du Forum
Baronnie de Tiffauges
Fief de Sophie et Cyphus Garion.
 
              
Index    Faq    Rechercher  Vers Erguenault   Vers Châtellerault   S'enregistrer    Connexion    
 
              

:: L'ancienne esplanade ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Baronnie de Tiffauges Index du Forum -> La colline -> Les abords du Château
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyphus
Baron de Tiffauges


Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 626
Localisation: Erguenault
Masculin
Niveau: Elu

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 00:03 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

-Ah nous y voilà! Félicitations vous êtes au point culminant de Tiffauges: le château de Gilles de Rais!
Il sourit et trifouille le trousseau de Cugand pour en trouver une clef de taille moyenne qu'il introduit dans le portail, qui s'ouvre en grinçant.
-Je t'ai laissé les clefs du portail et de la grande porte du château Melinora, et aussi les clefs de la métairie. Au début tu essaieras toutes les clefs pour rentrer chez toi mais tu vas t'y faire!
Il rit et lui tend l'anneau.

-Nous entrons dans l'ancienne esplanade, face à vous, le château dudit Barbe Bleue, exécuté en 1440.
Le domaine n'est plus entretenu depuis, on le dit hanté. En fait c'est simplement que ça coûte cher de l'entretenir, alors il reste comme ça.
Du haut de la grande tour on peut voir toute la baronnie, et même Thouars, Poitiers et Nantes.
La nuit c'est très beau ici, on a une vue imprenable sur le ciel.

Il s'appuie contre un arbre en laissant ses amis explorer un peu le vieux domaine.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 26 Sep - 00:03 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 11:54 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Arylis écouta sagement la présentation de Cyphus puis elle partit faire un petit tour dans le domaine en ruines, tenant par le bras sa Souris et se disputant gentiment avec Tom. Il était question d'un pois-chiche et d'une tête vide, ou bien d'oreilles tirées et de vengeance ... Rien de bien nouveau sous le soleil du Poitou.
_________________
Revenir en haut
Helena.
Seigneur Châtelleraudais


Inscrit le: 16 Sep 2009
Messages: 138
Localisation: Là ou le vent l'emmène.....
Féminin
Niveau: Erudite

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 19:26 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Helena avait écouté attentivement Cyphus. Elle s'aventura dans le vieux domaine. Elle regarda au loin et se perdie dans ses pensées. Comme à son habitude, elle était encore en train de rêvasser et plus rien n'existait autour d'elle.
_________________

La vie a une fin, le chagrin n'en a pas...Seul le temps peut guérir les blessures les plus profondes
Revenir en haut
Sophie
Baronne de Tiffauges


Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 372
Localisation: Erguenault
Féminin
Niveau: Elue

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 20:16 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Sexybabyphat regarda le ciel étoilée et se dit que ce serait bien d'entretenir ses vieilles ruines on ne sait jamais il pourrait venir hanter ses rêves...elle avait le frisson en voyant les toiles d'araignées un peu partout sur les murs défraîchient.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Cyphus
Baron de Tiffauges


Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 626
Localisation: Erguenault
Masculin
Niveau: Elu

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 20:23 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Cyphus enlace son épouse pour la rassurer et lui fait un baiser.
-Continuons notre chemin?
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sophie
Baronne de Tiffauges


Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 372
Localisation: Erguenault
Féminin
Niveau: Elue

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 20:49 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Sexybabyphat se serre contre Cyphus et enfoui son visage dans le creux de son épaule.

-Oui continuons mon chéri à condition que tu restes près de moi.

Elle se mit à claquer des dents. C'est que cet endroit était sinistre...
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Cyphus
Baron de Tiffauges


Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 626
Localisation: Erguenault
Masculin
Niveau: Elu

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 21:23 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Le baron caresse les cheveux de son épouse.
-Allons mon coeur c'est juste un château abandonné!
Il embrasse son front.

-Continuons! Melinora tu fermes derrière nous? Nous n'avons plus qu'à descendre vers l'Ouest.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Ven 2 Oct - 23:05 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Arylis se promenait sur l'esplanade, autour des ruines du château de Gil de Ray. L'endroit la fascinait.

Le château s'élevait, triste, maussade et pleins de souvenirs douloureux si l'on en croyait Cyphus. Pourtant elles n'y étaient pour rien ces vieilles pierres si leur maître avait eut des penchants douteux. Pourquoi devaient-elles subir, par leur attitude soumise et malheureuse, les actes passés ? La brunette fit ainsi le tour de l'immense bâtisse, frôlant de ses doigts les murs envahis par les ronces et le lierre, ses pensées glissant sur les pierres ou s'y incrustant profondément.

Cet endroit la faisait souffrir et la rassurait en même temps. Elle lui trouvait le charme de la Vieille mais son histoire lui faisait penser aux crises de la Brune, quand au jardin alentour était le parfait reflet de la mystérieuse Rousse. La brunette eut envie de voir ses Mères vivrent encore à travers elle, au sein de ce château. Elle décida donc d'en faire son repaire. Les vieux sols ne la changeraient pas de sa masure et un bon feu faisait fuir tous les démons, surtout ceux de l'intérieur, les pires.

Arylis imaginait déjà comment elle pourrait rendre le sourire à ces murs tristes et elle rêvait éveillée des nuits à la belle étoile à se souvenir du passé. Elle avait besoin d'un retour au source, Lahoreh n'était pas là, elle en profiterait pour être un peu seule et répondre à des questions restaient trop longtemps en suspens.
_________________
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Dim 4 Oct - 15:27 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Arylis s'éveilla pour la deuxième fois au milieu des ruines du château. Sur une pierre saillante un pigeon roucoulait. L'animal avait apporté son message la veille, il annonçait l'arrivée pour ce dimanche de Lahoreh. La missive laissait entendre que les sentiments du meunier étaient toujours aussi vivaces et les yeux de la brunette s'embuèrent lorsqu'elle la lut pour la enième fois. La douceur des mots de Lahoreh laissait deviner combien il était possible qu'il souffre de la séparation que la jeune fille ne pouvait plus retarder.

L'éloignement de son compagnon avait peu à peu émoussé ses sentiments et un Autre avait fait son chemin dans le coeur de la brunette. Malheureusement elle avait attendu, ne voulant point quitter Lahoreh de peur de le blesser. A présent l'Autre avait trouvé l'amour ailleurs, dans le coeur d'une femme remarquable qu'Arylis préférait éviter afin de ne pas gâcher leur ancienne amitié. Car pour le moment elle doutait d'être capable de se comportait de manière affable et gaie en présence de l'une ou l'Autre.

Quand à Lahoreh, elle ne se sentait pas le courage de jouer encore la comédie. Elle ne pouvait plus mimer des sentiments qu'elle éprouvait pour un Autre alors que la souffrance l'empêchait même de mimer l'amitié. La brunette voulait que cette séparation soit aussi douce que leur rencontre, même si elle savait pertinamment que la douleur en découlerait inévitablement.

La jeune fille se leva et sortit s'offrir aux rayons d'un pâle soleil. Puis elle commença la lourde tâche qu'elle s'était assignée : Redonner à ce château maudit une beauté douce, calme et mystérieuse.
_________________
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Sam 10 Oct - 13:02 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

En arrivant devant le château une douce sensation de calme et de repos envahit la brunette. Elle sourit puis la main de Lahoreh frôla sa hanche et son corps se crispa de nouveau. Arylis s'éloigna lentement de la caresse et alla s'assoir dans l'herbe, devant les vieux murs. D'un geste elle fit signe au meunier niortais de la rejoindre.
_________________
Revenir en haut
Lahoreh
Visiteur


Inscrit le: 04 Oct 2009
Messages: 4

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 18:22 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Arylis a écrit:
En arrivant devant le château une douce sensation de calme et de repos envahit la brunette. Elle sourit puis la main de Lahoreh frôla sa hanche et son corps se crispa de nouveau. Arylis s'éloigna lentement de la caresse et alla s'assoir dans l'herbe, devant les vieux murs. D'un geste elle fit signe au meunier niortais de la rejoindre.


Le meunier s'avança vers elle en faisant un geste discret en direction des arbres les plus proches, un geste qu'Arylis ne compris pas sur le moment.

Le jeune homme s'avança vers elle, mis un genou à terre et posant ses yeux les plus doux et séducteur il lui adressa un sourire vaguement amusé et malicieux, un de ces regards capables de transformer le pire des cœurs de pierre en un cœur fragile et aimant.

- Ma chère Arylis, j'aime te contempler au silence du jour ! Éclairant mes yeux de douceur et d'amour. Tu es si belle sous ce rayon de soleil que tu éclipses l'éclat des fleurs de ce jardin. Ton sourire est comme un ruisseau qui ne cesse de murmurer et de chantonner entre les fougères... Tes yeux à l'éclat de l'océan font rêver d'autres contrées à explorer et conquérir.

Le jeune homme fit un second geste discret et elle vit une dizaine de personnes s'affairer en venant vers elle. Il y avait manifestement une surprise d'organisée mais elle ne parvenait pas à comprendre ce qui lui arrivait.

- Chère Arylis, pour la femme au plus gracieux sourire je ne pouvais qu'organiser une petite fête impromptue...

Le reste de ses paroles s'envola sur les airs de deux flutes accompagnées d'une harpe, deux hauts bois, et de 3 mandolines. Il y avait d'autres instruments que la jeune femme ne reconnu pas. Lahoreh fit un petit geste de la main pour les faire jouer un ton plus bas.

- Ma douce Arylis, que serait la vie sans un peu de surprise!
- Mais.. mais...

Lahoreh adressa un nouveau geste de la main au musiciens, ils jouèrent un ton plus haut couvrant aisément les balbutiements d'Arylis.

- A toi, la rose de mon cœur je suis venu t'offrir une petite fête pour voir briller tes yeux comme au premier jour de notre rencontre...

Le jeune homme fit un nouveau geste et deux pages s'avancèrent projetant des pétales de roses, dont certains portés par un vent léger se posèrent dans les cheveux de l'attendrissante Arylis. Lahoreh se pencha en deux, son front touchant terre.

- Permet moi de te servir, princesse de mon cœur, aujourd'hui comme demain, dans l'adversité la plus totale comme dans la félicité la plus grande. Permet moi d'être ton soutient, de te faire sourire quand tu es triste, de te chatouiller quand tu es heureuse, de te soigner quand tu es malade (Particulièrement à cause de la piquette que tu bois dans les tavernes et qui te fait vomir des jours durant, mais je te tiendrais la cuvette avec joie!) de te bercer dans mes bras quand tu auras froid ou de t'offrir mon épaule comme support quand tes genoux usés par une vie que je t'espère aussi douce que possible te feront défauts.

- Mais.. Mais...

La jeune femme n'eut pas le temps de placer un troisième mot chevrotant qu'un signe de la main fit de nouveau jouer les musiciens bien plus fort. Quand ils se furent calmés, Lahoreh reprit imperturbablement.

- Mon Arylis bien aimée, bien que si indigne de te servir, je prend mon courage à deux mains pour t'offrir cette modeste pierre. (A ces mots il sorti de sous sa longue cape noire une petite boite tapissée de velours rouge qu'il ouvrit élégamment.) Aucune pierre n'est capable d'éclipser l'éclat de tes yeux, aussi ais-je été bien malheureux de ne pouvoir trouver plus belle pierre.. J'espère néanmoins que tu l'accepteras. Je sais au combien je suis indigne de ton cœur, de ta tendresse, de ton intelligence et de tes pensées si charmantes, tout comme je suis indigne de ton corps que tout artiste voudrait sculpter dans le marbre pour lui faire traverser les ages dans l'admiration des générations à venir.

De nouveau Lahoreh du faire un geste de la main pour empêcher la jeune femme de s'exprimer.. Les musiciens s'en donnaient à cœur joie dans des trilles mélodieuses et subtiles devant lesquelles n'importe quelle femme se seraient pâmée, incapable ne serait ce que de frémir d'une paupière dans la volupté de l'instant.

- Permet moi, tout indigne que je suis d'un cœur aussi pur et aimant que le tiens, de te servir aujourd'hui et demain. Mon bien le plus précieux sera l'enchantement de ton âme, et je te promet d'en prendre soin comme les jardiniers le font de ce jardin. De ne jamais faillir à ce que chaque journée te soit agréable, douce et merveilleuse

Lahoreh releva la tête et plongea ses yeux verts brillants et malicieux au cœur mêmes des lacs brillants de ceux d'Arilys et la musique se fit plus douce et légère dans l'attente de sa réponse. Comme le compris la jeune femme ce serment tenait presque d'un serment d'allégeance bien qu'il ne lui soit pas possible de se tromper sur le sens profond de cette déclaration.

Lahoreh lui tendit les mains, saisie les siennes comme s'il s'était agi de plumes précieuses et les serra délicatement.

- Unirons nous nos cœurs, enlacerons nous nos âmes sous une lune qui verra nos corps danser en cuivrant ta peau si belle? Deviendrons nous d'avantage que des âmes perdues dans la nuit des temps? Deviendrons nous les fleurs du jardin de la vie dont le parfum capiteux enivrera chacun de nos sens jusqu'à ce que la vie nous fasse le cadeau de se rejoindre dans la prochaine, une vie qui ne se terminerait jamais et me permettrait de continuer à prendre soin de toi à jamais, corps et âme?

- A la rose des roses, à la rose de mon cœur et de mon âme espérante, de répondre...

Lahoreh admira un long moment ses yeux, ses lèvres, la douceur de son visage et lui adressa un sourire d'une telle chaleur qu'il aurait été capable de fendre même un roc.
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 20:05 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

-Chère Arylis, pour la femme au plus gracieux sourire je ne pouvais qu'organiser une petite fête impromptue...

Arylis surprit d'un air étonné le déplacement d'un groupe de personne dans le sous-bois. Puis une douce musique envahit l'air en même temps qu'un affreux pressentiment faisait son chemin dans osn esprit torturé. Lahoreh continua, sans prendre conscience de son trouble.

- Ma douce Arylis, que serait la vie sans un peu de surprise!

Mais.. mais...

La brunette ne put pas placer un bégaiement de plus, la musique alla crescendo et l'empêcha d'exprimer ses sentiments.

- A toi, la rose de mon cœur je suis venu t'offrir une petite fête pour voir briller tes yeux comme au premier jour de notre rencontre...

Le meunier s'inclina littéralement jusqu'au sol. Si elle n'avait pas été dans cet état second la jeune fille l'aurait relevé, mais elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, ou du moins ne voulait pas le comprendre. Lahoreh enchaîna.

- Permet moi de te servir, princesse de mon cœur, aujourd'hui comme demain, dans l'adversité la plus totale comme dans la félicité la plus grande. Permet moi d'être ton soutient, de te faire sourire quand tu es triste, de te chatouiller quand tu es heureuse, de te soigner quand tu es malade (Particulièrement à cause de la piquette que tu bois dans les tavernes et qui te fait vomir des jours durant, mais je te tiendrais la cuvette avec joie!) de te bercer dans mes bras quand tu auras froid ou de t'offrir mon épaule comme support quand tes genoux usés par une vie que je t'espère aussi douce que possible te feront défauts.

Mais.. Mais...

Et voilà que maintenant il lui déclarait carrément devenir son domestique. Arylis n'en pouvait plus et brûlait de pour voir enfin s'exprimer mais une fois de plus les musiciens montèrent d'un ton, comme obéissant à un ordre tacite.

- Mon Arylis bien aimée, bien que si indigne de te servir, je prend mon courage à deux mains pour t'offrir cette modeste pierre. Aucune pierre n'est capable d'éclipser l'éclat de tes yeux, aussi ais-je été bien malheureux de ne pouvoir trouver plus belle pierre.. J'espère néanmoins que tu l'accepteras. Je sais au combien je suis indigne de ton cœur, de ta tendresse, de ton intelligence et de tes pensées si charmantes, tout comme je suis indigne de ton corps que tout artiste voudrait sculpter dans le marbre pour lui faire traverser les ages dans l'admiration des générations à venir.

Arylis contempla, complètement ébahie, la bague que le jeune homme lui tendait. Elle brillait d'un éclat chatoyant et doux, rien de clinquant, le genre de bague qu'elle aurait appréciait. Mais les mots ne collaient pas avec ce qu'elle aurait du ressentir. Ce qu'ils auraient du ressentir. Indigne de la servir ? Mais elle ne voulait pas d'un serviteur, elle voulait un compagnon. Quelqu'un qui la soutienne mais ne l'étouffe pas. Quelqu'un qui la laisse llibre sans être absent. Quelqu'un qui veille sur elle sans pour autant se plier aux moindres de ses caprices. Il fallait qu'elle le lui explique, qu'elle lui fasse comprendre ce qu'elle ressentait. Mais une fois de plus les musiciens lui coupèrent la parole.

- Permet moi, tout indigne que je suis d'un cœur aussi pur et aimant que le tiens, de te servir aujourd'hui et demain. Mon bien le plus précieux sera l'enchantement de ton âme, et je te promet d'en prendre soin comme les jardiniers le font de ce jardin. De ne jamais faillir à ce que chaque journée te soit agréable, douce et merveilleuse

La brunette eut envie de lui dire que c'était elle qui prenait soin de ce jardin depuis que Cyphus l'avait fait réaménager et que par conséquent elle était parfaitement capable de débroussailler son âme. Mais elle retint sa réplique piquante. On ne foule pas du pied un coeur qui s'offre à vous, il fallait juste qu'elle l'enferme dans un écrin précieux et qu'elle le lui rende, car elle n'en voulait plus.


- Unirons nous nos cœurs, enlacerons nous nos âmes sous une lune qui verra nos corps danser en cuivrant ta peau si belle? Deviendrons nous d'avantage que des âmes perdues dans la nuit des temps? Deviendrons nous les fleurs du jardin de la vie dont le parfum capiteux enivrera chacun de nos sens jusqu'à ce que la vie nous fasse le cadeau de se rejoindre dans la prochaine, une vie qui ne se terminerait jamais et me permettrait de continuer à prendre soin de toi à jamais, corps et âme?

- A la rose des roses, à la rose de mon cœur et de mon âme espérante, de répondre...

Répondre ... Mais qu'allait-elle répondre ?
_________________
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 20:29 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Un long silence s'installa et Arylis ne le brisa qu'après avoir longuement tourné sa langue dans sa bouche. Enfin elle congédia d'un geste sans équivauque fluttes et pipeaux, haubois et violines. Etrangement les musiciens obéirent dans l'instant. Sans doute la vue de cette jeune fille aux yeux secs et déterminés les surprenait-elle. La brunette supposa que dans ce genre de situation la fille était censée fondre en sanglots et se précipiter amoureusement dans les bras de son aimé. Elle rompait peut-être le scénario mais les fins à l'eau de rose très peu pour elle. La vie n'est jamais comme on l'attend et elle fait bien souvent plus de mal que de bien. Celui qui l'oublit en paye le prix et même si elle ferait en sorte que Lahoreh bénéficie d'une remise, il ne pourrait y échapper.

Après avoir chassé les importuns elle plongea ses yeux bleus dans le regard étonné et amoureux du pauvre meunier. Elle resta assise, les bras autour de ses genoux et commença une longue tirade, comme rarement elle en prononçait.

Garde la bague Lahoreh. Malheureusement je ne pourrais la porter. Tout d'abord je ne veux rien de quelqu'un qui pense qu'il ne m'est pas égal. Je n'ai pas ouvert mon coeur à un inférieur et je sais que ce n'était qu'une manière de me présenter les choses, mais peu importe. Je ne donnerais pas mon coeur à un homme qui ne s'estime pas assez pour être capable de m'envoyer sur les roses quand je dépasse les bornes. Nul n'est parfait et je suis aussi pleine de défauts qu'une autre.

Ensuite je dois t'avouer que depuis quelques temps un trou se creuse dans mon coeur. Là où tu te trouvais. "Loin des yeux loin de coeur". Moi je crois à ce proverbe, peut-être que cela veut dire que je ne crois pas en l'amour vrai, celui qui résiste à la mort. Où alors que si cet amour là existe il n'est pas pour moi, pas encore. Dans cette fosse de plus en plus profonde un Autre à prit ta place. Malheureusement pour moi mes sentiments sont sans retour et en te demandant de me laisser je me retrouverais aussi seule qu'aux premiers jours. Mais ne vaut-il pas mieux une relation saine et distante plutôt qu'un semblant d'amour qui nous briserait ?

Alors voilà. Je ne te dis pas que je suis désolée. Je suis simplement triste de te faire autant de mal alors que tu t'es tant privé pour m'offrir cette bague et ce gage éternel. Mais l'éternité n'est pas pour moi. C'est trop long, trop sombre, je préfère le lumineux présent, avec ses joies et ses peines.

La brunette termina sur ces derniers mots. Il n'y avait rien à ajouter. Certes elle était triste, mais elle sentait que le mur gris se rebâtissait lentement autour de son coeur. Ce mur protecteur qui la rendait froide et l'empêchait de souffrir. Ce mur qu'elle avait bâtit une première fois lorsque ses Mères étaient mortes, une seconde fois lorsque Yondaime avait quitté ce monde et qu'elle rebâtissait aujourd'hui afin d'empêchait l'Autre de lui voler son rire et Lahoreh de lui tirer des larmes. Aujourd'hui elle n'aspirait plus qu'à s'oublier dans la rénovation du vieux château, loin de tous, hommes ou femmes, amis ou ennemis.
_________________
Revenir en haut
Lahoreh
Visiteur


Inscrit le: 04 Oct 2009
Messages: 4

MessagePosté le: Lun 12 Oct - 00:31 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Lahoreh baissa les yeux un instant, laissant le temps à son cerveau d'analyser ces mots assez froids et impitoyables.. Aurait il pu se tromper à ce point sur cette femme? Avait elle même seulement un cœur...?

- Je ne suis pas certain de comprendre! Tu me réponds tendrement à mes missives, tu m'invites à te rejoindre aussi rapidement que possible car je te manque, puis en l'espace de quelques jours, deux semaines à peine, tu sembles avoir changé d'avis..? Pourquoi?

Lahoreh battit des bras dans un signe de totale incompréhension.

- Il doit bien il y avoir une véritable raison et ce ne peut être celle-ci. Est ce parce que tu as peur que je découvre que tu es danseuse de taverne et que tu ne vides pas les pichets que dans les verres des autres? Ou que tu as peur que je découvre que tu as des amants? Mais toute femme est faite pour être aimé libre et sans condition aussi ne trouverais je jamais cela inconvenant! La liberté d'une femme est son bien le plus précieux. Personne, nul être humain n'est digne d'aucune femme en ce monde mais cela ne veut pas dire lui permettre toutes ces fantaisies!

Lahoreh semblait sincère et profondément étonné. C'était peut être le choc à moins qu'ayant déjà été blessé dans le passé il ne pouvait tout simplement plus croire dans les sentiments humains ou tout au moins qu'il s'attendait d'avantage à des coups bas dans la vie.

En un instant il réalisa combien la vie est courte et parfois futile. Les propos d'Arylis venaient de lui ouvrir soudainement les yeux: l'amour éternel est ennuyeux! Mais oui bien sur, cela voulait dire qu'Arylis voulait mener une vie d'amour étincelant, une vie de débauche faite de rencontres excitantes et surprenantes, pour tout donner et recevoir sans jamais souffrir!

Oh combien Arylis avait du le mépriser de parler d'amour unique, combien il avait du lui sembler naïf et ennuyeux! Il s'en serait giflé.

Vraiment, chaque jour Lahoreh réalisait un peu plus l'intelligence d'Arylis. Elle serait son modèle, il ferait comme elle, chaque nuit il irait écumer les tavernes et partager amour et tendresse avec une nouvelle nymphe, pour chasser le froid de la nuit, sur les tables offertes. Toutes ces femmes si belles, si douces et si gentilles à qui ils prodiguerait tant de tendresse pour voir leurs yeux briller!

- Arylis, je suis si désolé d'avoir été égoïste, je n'avais pas réalisé ce que tu attendais de la vie. C'est maintenant si limpide... Toute une vie de volupté dans les tavernes... Comme je t'envie... ! On pourra surement s'y croiser quelques fois...

Les femmes sont faites pour être aimées! Toutes! Toutes les femmes de la terre et ne serait que pour l'instant fragile d'une nuit, toutes méritaient l'amour. Des cette nuit il irait faire la tournée des tavernes pour donner généreusement cet amour libre et sans contrainte sur cette pauvre terre froide et glaciale.. et peut être pour en recevoir un peu!

Lahoreh avait l'air étrange, et surexcité comme lorsqu'on découvre une réalité profonde et insoupçonnée! Sans se rendre compte qu'il pouvait paraitre incohérent il saisit les mains d'Arylis et les baisa chaudement avant de la quitter. Qu'elle avait si parfaitement raison et que chaque femme devait etre aimée.

- Oh Arylis, merci merci!

Toutefois Lahoreh en quittant l'ombre des arbres se demanda pourquoi il se sentait si totalement anesthésié, comme s'il était devenu de glace. Et pourquoi regardait il si étrangement l'eau s'écouler, languide, depuis les ponts...? Pourquoi avait il la voix si cassée et la langue si pâteuse? Un petit verre, ou même quelques uns ne ferait pas de mal.

Lahoreh sifflota en marchant de guingois. Il ne comprenait pas pourquoi les passants changeaient de coté de rue en le voyant et marchaient plus vite...

- Allons, allons, murmura t'il fébrilement.. La taverne la plus proche nous attend.. Un peu de débauche ne nous fera pas de mal... Après tout c'est la vie n'est ce pas? La vie faite de désillusions, de souffrances mais aussi de plaisirs éphémères les seules réalités auxquelles croire...
Revenir en haut
Arylis
Visiteur


Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 25
Féminin
Niveau: Paysanne

MessagePosté le: Sam 17 Oct - 12:52 (2009)    Sujet du message: L'ancienne esplanade Répondre en citant

Arylis ne comprit pas ce qui se passait dans la tête du meunier. Un cours instant elle crut même l'avoir rendu fou. Il était fébrile, ouvrait grand ses beaux yeux verts comme s'il découvrait le monde et il s'empara soudain de ses mains comme s'il souhaitait la remercier. Mais la remercier de quoi ? Elle venait purement et simplement de les envoyer paître, lui et sa bague, et il semblait aux anges.

La brunette le regarda s'éloigner entre les arbres, il lui semblait vraiment mal en point. Pas triste mais ... Inquiétant. Son pas était assuré mais chancelant, il semblait savoir où il voulait se rendre mais était complétement ivre de pouvoir y aller librement. Il balançait son buste d'un côté ou de l'autre et la jeune fille se demanda s'il le choc n'avait pas endommagé la partie de son cerveau réservée à l'équilibre.

Néanmoins elle était heureuse que Lahoreh est prit la situation de cette façon si ... Déconcertante. Un doux froufrou se glissa dans son oreille pendant qu'une belle queue touffues s'enroulait autour de son cou. La brunette passa sa main dans la fourrure grise de l'écureuil qui avait sauté sur son épaule.

La vie est souvent étrange mon Faren. Et je doute que nous en percions un jour tous le smystères. Néanmoins je crois que j'ai envie de tenter ma chance. Après tout pourquoi certains iraient voir les merveilleux pays du reste du monde pendant que je  reste ici à regarder poussé les fleurs

La brunette se tourna un instant vers le château. Un sourire éclaira son visage. Elle avait besoin de calme et de solitude. Aussi décida-t-elle dans l'instant de finir la rénovation du château, ou du moins de l'arranger, afin de se laisser le temps de réfléchir. Dés que se serait fait, elle partirait, loin de Thouars, loin de l'Ost, loin de tous ceux qu'elle connaissait. Elle irait voir d'autres horizons et d'autres gens afin de vérifier que l'herbe est bien plus verte dans le près d'à côté.  
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:57 (2018)    Sujet du message: L'ancienne esplanade

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Baronnie de Tiffauges Index du Forum -> La colline -> Les abords du Château Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com